mardi 2 octobre 1990

 

 

En bref :
   

Entrée dans les eaux du Golfe Persique du 1er porte-avions américain depuis la guerre du Viêt-Nam : l'USS Independence.

L'aviso escorteur français Doudart-de-Lagrée effectue plusieurs tirs de semonce pour contraindre le cargo nord-coréen Sam-Il-Po à stopper. Le navire est aussitôt fouillé par des commandos de marine français.

Les places financières occidentales respirent : le prix du baril de pétrole redescend à 34 dollars.

Ils ont dit :
 
Attentat :

Jean-Pierre Chevènement, ministre français de la Défense : "Les risques de la guerre me paraissent encore plus grands que les chances de la paix". Il ajoute qu’il se refuse "à privilégier la guerre par rapport à la paix." "Nous devons être capables aujourd’hui d’assurer le retour au droit par la voie pacifique qui a été déterminée par la loi internationale, c’est à dire la voie de l’embargo".
Antoine Waechter, président du parti écologiste français Les Verts : "Une guerre ne sera pas une petite excursion mais fera effectivement des centaines de milliers de morts. Faisons l’économie de ces morts et négocions tout de suite."

 

Djibouti : Le Mouvement de la Jeunesse Djiboutienne, un groupuscule se présentant comme pro-irakien, revendique l'attentat anti-français du 27 septembre.

Chronologie des événements - octobre 1990

Les porte-avions américains arrivent dans le Golfe tandis que l'aviation française s'installe à Al-Ahsa. Le Japon n'enverra pas de forces en Arabie. Alors que plusieurs ambassades européennes de Koweït-City ferment leurs portes, François Mitterrand se rend en visite officielle dans le Golfe. L'inquiétude s'installe en Israël, les distributions de masques à gaz débutent.

Les otages occidentaux sont libérés au compte-gouttes. Les otages italiens entament une grève de la faim. Pour accélérer les libérations, les personnalités européennes et japonaises se bousculent à Bagdad.
La France lance l'opération Métaye au Qatar.

Coup de théâtre dans la crise des otages : Bagdad annonce la libération de tous les otages français au nom de "l'amitié franco-irakienne". Quant au sort des autres otages, l'inquiétude demeure...

 

 

Galerie de photos
  • image 1
  • image 2
  • image 3
  • image 4
  • image 5
  • image 6
  • image 7
  • image 8
En vidéo


La crise du Golfe (26 minutes)
FR3 - Journal de 19h30 - 2 octobre 1990