dimanche 21 octobre 1990

 
En bref :
   

En France, sous la pression du ministre des Finances Pierre Bérégovoy, le prix moyen du litre d'essence redescend à 5,88 francs (0,90 €).

Ils ont dit :
   

Un appelé du contingent français, lors d'une manifestation contre la guerre : " Je ne veux pas tuer un innocent" (quotidien français L'Humanité).
Alex Molnar, universitaire américain : "Est-ce votre "mode de vie américain" qui conduit mon fils à risquer sa vie pour que les Américains continuent à avoir le droit de consommer 25% à 30% du pétrole mondial ? Le "marché libre" dont vous êtes un dévot fervent porte un prix élevé sur son étiquette, au moins pour des parents comme moi et de jeunes hommes et femmes comme mon fils" (Quotidien américain New York Times).

 

 


Chronologie des événements - octobre 1990

Les porte-avions américains arrivent dans le Golfe tandis que l'aviation française s'installe à Al-Ahsa. Le Japon n'enverra pas de forces en Arabie. Alors que plusieurs ambassades européennes de Koweït-City ferment leurs portes, François Mitterrand se rend en visite officielle dans le Golfe. L'inquiétude s'installe en Israël, les distributions de masques à gaz débutent.

Les otages occidentaux sont libérés au compte-gouttes. Les otages italiens entament une grève de la faim. Pour accélérer les libérations, les personnalités européennes et japonaises se bousculent à Bagdad.
La France lance l'opération Métaye au Qatar.

Coup de théâtre dans la crise des otages : Bagdad annonce la libération de tous les otages français au nom de "l'amitié franco-irakienne". Quant au sort des autres otages, l'inquiétude demeure...

 

 

Galerie de photos
  • image 1
  • image 2
  • image 3
  • image 4
  • image 5
  • image 6
  • image 7
  • image 8
En vidéo


La crise du Golfe (27 minutes)
FR3 - Journal de 19h30 - 21 octobre 1990