mardi 22 janvier 1991


L'aviation alliée effectue 1.900 sorties. Un 5ème chasseur bombardier Tornado britannique est abattu.

Alerte aux SCUD en Israël : 3 morts et 98 blessés.
Il est 22h30 en Israël lorsque retentissent de nouveau les sirènes. Il s'agit de la 3ème attaque de SCUD irakiens sur l'Etat Hébreu. Un seul SCUD échappe aux Patriot et tombe sur un immeuble d'habitations de la capitale israélienne, faisant 3 morts et 98 blessés. Le Ministre de la Défense, Moshe Arens, se rend aussitôt sur les lieux et déclare que son pays ripostera en cas de nouveaux tirs de SCUD irakiens, même si "Israël doit réagir avec sa tête et non avec son coeur" estime le ministre adjoint des Affaires étrangères Benjamin Nethanyahu. A la radio, les responsables militaires demandent à tous les habitants du pays d'éviter les rassemblements susceptibles d'augmenter le nombre de victimes et de se rendre au travail le lendemain. Seules les écoles resteront fermées, faute d'abris efficaces en cas d'attaque chimique. La population de Tel-Aviv, fatiguée par ces incessantes alertes aux SCUD, commence à s'exiler vers des zones moins exposées, dont Jerusalem et Eilat. "Je me sens comme un réfugié dans mon propre pays" confie à la télévision israélienne un ingénieur de la capitale qui a dû louer avec sa famille une chambre d'hôtel à Beersheva, en plein désert du Neguev.

Bilan provisoire des bombardements alliés.
L'offensive aérienne des forces alliées se poursuit à un train d'enfer : les appareils de la coalition anti-irakienne ont déjà effectuée plus de 10.000 sorties depuis le début des hostilités, selon un porte-parole de l'US Air Force. Le lieutenant-colonel Greg Pepin a ajouté que la plupart des raids entraient dans le cadre de la séquence dite d'isolement. Il s'agit de détruire le réseau de commandement et de contrôle de l'adversaire, en s'attaquant en particulier aux lignes de communication entre Bagdad et le Koweït, le long des vallées du Tigre et de l'Euphrate. Au Pentagone, Colin Powell, chef de l'état-major interarmes, se félicite des résultats des bombardements. "Je peux vous dire que les deux réacteurs nucléaires n'existent plus" explique-t-il lors d'un briefing. La maîtrise du ciel irakien seraît due à la destruction de 61 des 66 bases aériennes irakiennes. Un seul bémol, reconnaît-il : les rampes mobiles de lancement de SCUD, dont le danger avait été sous-estimé...

La Turquie se prépare à la guerre.
Les sirènes retentissent dans la ville turque d'Incirlik où sont basés des avions américains. Mais il s'agit d'une fausse alerte. En Turquie, une autre rumeur affirme que les 180.000 soldats turcs massés sur la frontière turco-irakienne seraient prêts à participer à l'offensive terrestre sur plusieurs fronts que les Alliés pourraient décider. De ce fait, la plupart des 150.000 habitants de la ville stratégique turque la plus proche de la frontière irakienne s'est exilée vers d'autres régions turques. Cette ville, qui porte le nom de Batman (cela ne s'invente pas !) concentre une base aérienne, une raffinerie de pétrole et un barrage hydraulique. Une cible de choix pour les SCUD irakiens. 96 chasseurs bombardiers américains s'y sont donc installés. L'aviation turque s'est, elle, concentrée plus au nord, à Mus. La défense de la Turquie est un des enjeux de ce conflit.

La guerre du Golfe au cinéma.
Alors que la guerre fait rage dans le Golfe, Hollywood s'intéresse déjà aux retombées économiques que pourraient engendrer des films de guerre. Selon Jack Shaheen, expert des médias à l'université de l'Illinois, les Irakiens endosseront rapidement les rôles de méchants au cinéma. Ainsi, le film "Cible : USA" montre des terroristes irakiens qui essayent de prendre d'assaut une petite ville américaine. La compagnie américaine Concorde Pictures est actuellement en train de faire réaliser "Le Bouclier de l'Honneur" avec un scénario remanié dans lequel les terroristes lybiens sont devenus irakiens. Un autre film qui porte bien son nom, "Bouclier du désert", est en préparation. Lui aussi a vu son histoire remaniée. Les soldats arabes sont devenus des Irakiens surarmés en armes chimiques. "Les Arabes du film n'ont pas été mis là pour tenir le rôle des méchants, affirme pourtant Priscilla Mac Donald, porte-parole de la 21st Century Films. Nous montrons juste ce qu'il se passe actuellement".

En bref :
   

L'Irak lance 6 nouveaux missiles SCUD et Al-Hussein (des SCUD améliorés) en direction de l'Arabie Saoudite. Ils sont tous interceptés par des missiles Patriot américains dans le ciel de Riyad et dans le désert.

Radio-Bagdad diffuse les images de mosquées détruites par l'aviation américaine. Les autorités irakiennes accusent les Alliés de constamment et délibérément bombarder des lieux saints et des lieux de culte musulmans, ce que démentent les Alliés. Les Irakiens menacent donc ces derniers de représailles sous forme de missions suicides.

Peter Arnett de CNN, seul journaliste occidental autorisé à rester à Bagdad, est invité par les autorités irakiennes à visiter les banlieues Ouest de Bagdad, pour lui montrer, entre autres, les décombres d'une usine de production de lait en poudre. Mais n'ayant pas pu filmer de victimes, il s'est contenté de prendre quelques images d'Irakiens entassés dans les abris de Bagdad, disposés à intervalle régulier. Les médias du monde entier s'arrachent déjà ces images...

Saddam Hussein fait annoncer par un de ses porte-parole que l'Irak est prêt à appliquer la Convention de Genève, mais si elle s'applique aussi à ses soldats et aux Palestiniens des Territoires occupés.

Les Jaguar de l'aviation française effectuent leur 4ème raid. En coopération avec des appareils d'autres armées de l'air alliées, ils étaient chargés de détruire une base navale au Koweït.

Le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, s'envole pour Téhéran, avec un plan de paix.

Les autorités françaises expulsent 18 ressortissants irakiens, marocains et tunisiens, qui sont jugés susceptibles de constituer un danger pour l'ordre public.

D'après le Pentagone, l'Irak a incendié des puits de pétrole et des citernes, en particulier le complexe pétrolier d'Al-Warfa.

Contacté par téléphone par la chaîne américaine CNN, un Koweïtien de Koweït-City commente les difficultés d'approvisionnement de l'armée irakienne. Les soldats irakiens n'ont, semble-t-il, reçu aucune vivre depuis le début de la guerre. Ils se rabattent donc sur les commerces de l'émirat où les restrictions se font cruellement sentir.

Un pilote américain est récupéré en territoire irakien par un hélicoptère protégé par des chasseurs. Malgré cet exploit, 14 pilotes américains sont toujours portés disparus.

Ils ont dit :
 
Lu dans la presse :

Marlin Fitzwater, porte-parole de la Maison Blanche, "n'exclue pas" de s'emparer de saddam Hussein et de le faire comparaître pour crimes de guerre.
John Major
, Premier ministre britannique : "Saddam Hussein pourrait bien devenir une cible pour son propre peuple."
Javier Perez de Cuellar appelle à nouveau l'Irak à se retirer du Koweït et plaide pour une solution pacifique du conflit.
Général Maurice Schmitt, chef d'état-major des armées françaises : " Ce sera long. Tabler sur 2 ou 3 mois me paraît une hypothèse raisonnable" (Radio française RMC).

 

Le quotidien soviétique La Pravda, qui met en avant "les intérêts économiques qui ont inspiré l'action américaine", publie une interview du maréchal Akhromeiev, conseiller militaire du président Gorbatchev. Ce dernier estime que l'ONU doit intervenir "pour une solution de paix acceptable des 2 côtés". Quant aux Musulmans, interrogés à la sortie de la mosquée de Bakou, ils reprochent à Saddam Hussein d' "avoir envahi le Koweït au lieu d'envahir Israël".

Chronologie des événements - janvier 1991

Les places financières s'effondrent, l'inquiétude des populations et le prix de l'essence augmentent. L'Occident redoute des attaques terroristes en cas de conflit. Le tourisme international est paralysé, les compagnies aériennes en pâtissent. A Genève a lieu la rencontre de la dernière chance entre Tarek Aziz et James Baker. C'est l'échec : l'Irak menace Israël, l'Amérique menace l'Irak...

Les pacifistes du monde entier se mobilisent. A Bagdad, les ambassades ferment les unes après les autres, et en Israël, la population s'équipe en masques à gaz. Sur toutes les télévisions, le compte à rebours est enclenché. Et l'ultimatum de l'ONU expire... Le Parlement français vote pour la guerre. Les journalistes venus du monde entier s'entassent dans les hôtels de Riyad où les exercices d'alerte s'enchaînent.

En direct sur CNN, l'aviation américaine lance l'opération Tempête du désert. L'Irak riposte en lançant des missiles sur l'Arabie Saoudite et Israël. Le monde entier incite l'Etat hébreu à ne pas riposter. Une attaque israélienne contre l'Irak provoquerait la fin de la coalition arabo-occidentale. Capturés par les troupes irakiennes, 7 pilotes alliés sont exhibés sur Radio-Bagdad.

En plein conflit, Saddam Hussein accorde une interview à CNN. Alors que l'Irak est bombardé sans relâche, l'aviation irakienne trouve refuge en Iran.
Les Irakiens provoqueraient une marée noire dans le Golfe pour éviter un débarquement allié au Koweït. Les troupes terrestres irakiennes passent à l'attaque en Arabie Saoudite. La contre-offensive alliée est importante. Après 2 jours de combats acharnés, l'armée irakienne subit un lourd revers.

 

février 1991

Galerie de photos
  • image 1
  • image 2
  • image 3
  • image 4
  • image 5
  • image 6
  • image 7
  • image 8
En vidéo


Nouvelle alerte aux SCUD en Israël (28 minutes)
FR3 - Journal de 19h30 - 22 janvier 1991


Prisonniers alliés : les réactions aux USA (5 minutes)
NBC - Télévision américaine (extrait en anglais) - 22 janvier 1991


Les pilotes de Tornado britanniques (3 minutes)
BBC - Télévision britannique (extrait en anglais) - 22 janvier 1991


Les missiles anti-missiles Patriot en Israël (3 minutes)
ITN - Télévision britannique (extrait en anglais) - 22 janvier 1991


Le fonctionnement du missile Patriot (2 minutes)
NBC - Télévision américaine (extrait en anglais) - 22 janvier 1991


Alerte aux SCUD en Arabie Saoudite (3 minutes)
TVNZ - Télévision néo-zélandaise (extrait en anglais) - 22 janvier 1991


Après un combat aérien (1 minute)
TV3 - Télévision néo-zélandaise (extrait en anglais) - 22 janvier 1991


Nouvelle alerte aux SCUD en Israël (12 minutes)
Antenne 2 - Flash spécial vers 22h - 22 janvier 1991


Nouvelle alerte aux SCUD en Israël (4 minutes)
BBC 1 - Télévision britannique (extrait en anglais) - 22 janvier 1991