mercredi 21 novembre 1990

L'URSS favorable à un recours militaire contre l'Irak.
"Il est nécessaire de prendre des mesures plus énergiques
" à l’encontre de l’Irak, a déclaré le ministre soviétique des Affaires étrangères, Edouard Chevardnadze, lors d’une interview accordée à l’agence soviétique Novosti. En réponse à une question sur un éventuel soutien de l’URSS à une résolution de l'ONU approuvant le recours à la force contre l’Irak, le ministre soviétique a déclaré : "Cela sera décidé au Conseil de Sécurité de l’ONU. Des consultations dynamiques se poursuivent entre les membres du Conseil de Sécurité, permanents et non permanents". "On ne saurait exclure" l’adoption par le Conseil de Sécurité d’une telle résolution, a poursuivi le ministre, en soulignant : "Je ne veux pas dire que le règlement négocié de la crise cesse d’être notre option prioritaire". "Nous sommes toujours, a-t-il souligné, pour un règlement politique, pacifique, mais il faut chercher d’autres moyens plus efficaces" pour assurer le retrait des troupes irakiennes du Koweït. "J’insiste : notre option, c’est un règlement politique de la crise. Mais ce qu’il faut, c’est justement le règlement du conflit, un règlement efficace et réalisé sur une base collective".

En bref :
   

Une délégation de parlementaires belges se rend en Irak pour demander le retour des derniers otages occidentaux.

 

Il a dit :
   

François Mitterrand, président de la France : "Saddam Hussein doit comprendre qu'à mesure que le temps passe, des fatalités se mettent en marche et que, pour arrêter les fatalités, il faut la volonté délibérée des hommes responsables".

 

 

 

Chronologie des événements - novembre 1990

Des soldats français qui circulaient en territoire irakien sont faits prisonniers par des soldats irakiens.
A Bagdad, les personnalités politiques venues d'Europe et du Japon se bousculent pour plaider la cause des otages. Washington craint un éclatement de la coalition. Des otages sont libérés au compte-gouttes.

Les Etats-Unis mettent sur orbite plusieurs satellites militaires pour surveiller le Golfe.
Bagdad annonce la libération de tous les otages allemands, et la libération prochaine de tous les autres otages.

Polémique en France : Jean-Marie Le Pen revient de Bagdad avec 55 otages. Alors que George Bush rencontre Hafez El-Assad, Mikhaïl Gorbatchev annonce qu'il soutient la coalition internationale.
L'ONU vote une résolution historique : le Conseil de sécurité adresse un ultimatum à l'Irak. Saddam Hussein doit rappeler ses troupes du Koweït avant le 15 janvier 1991 minuit...

 

 

Galerie de photos
  • image 1
  • image 2
  • image 3
  • image 4
  • image 5
  • image 6
  • image 7
  • image 8
En vidéo


La France prête à la guerre (26 minutes)
FR3 - Journal de 19h30 - 21 novembre 1990


La crise du Golfe (1 heure)
WNYW-TV - Télévision locale américaine (extrait en anglais) - 21 novembre 1990